7 Trompe l'oeil ou l'expérience visuelle! | LE MAG D'ARTIDAY
ArticlesMouvements et TechniquesTechniques artistiques

Trompe l’oeil ou l’expérience visuelle!

By 12 février 2016 No Comments

Trompe l’œil, ayez l’oeil !

Le trompe l’œil est un genre pictural spécifique cherchant à jouer sur l’illusion de réel et de perspective à partir d’une surface plane peinte. Le trompe-l’œil est un exercice permettant aux artistes de créer un visuel en travaillant les ombres, les lumières, les volumes et les perspectives. C’est donc un genre multiple et enrichissant.

MyArtMakers - Le trompe l’oeil - Michel Ange, Chapelle Sixtine

MyArtMakers – Le trompe l’oeil – Michel Ange, Chapelle Sixtine

Ayez l’œil!

Ce genre à l’avantage d’offrir une infinité de possibilité en ne limitant pas au cadre seul, car un pan de mur entier peut devenir une véritable œuvre d’art. Le trompe-l’œil peut être créé sur quasiment tous les supports et permet des effets uniques notamment au niveau des plafonds, des murs et des sols qui prennent une nouvelle dimension.

La célèbre anecdote de Pline l’Ancien relatant l’histoire de Zeuxis qui avait peint des raisins si vraisemblables que les oiseaux avaient essayé de les picorer, trompés par le réalisme des fruits. Ce récit illustre l’idée de réalisme dans le trompe-l’œil déjà sous l’Antiquité.

Les romains friands de ces décorations picturale demandait à des créateurs de simuler des sculptures et des éléments architecturaux (colonnes, bas-reliefs, statues) permettant une ornementation prestigieuse et peu onéreuse.

Durant le Moyen Age, au début du XIVème s., Giotto utilise le trompe-l’œil pour décorer la chapelle de Scrovegni à Padoue.

Avec l’invention de la peinture à l’huile qui permet un certain modelé, l’imitation de la sculpture sur les volets des retables se développe comme chez Van Eyck. En 1504, l’artiste Jacopo de Brabari exécute à Vienne un prototype de trompe-l’œil s’avérant être la première nature morte, représentant une perdrix suspendue à un mur avec deux gantelets de fer. Vers le XVIIème siècle, la peinture italienne se détourne du réalisme au profit d’un développement de la forme illustrative qui est grandement décorative.

Néanmoins, Raphael n’hésite pas à créer des soubassements imitant parfaitement la sculpture pour des commandes religieuses. A la même époque en Hollande, les thématiques sont moins spirituelles. C’est le sujet de la nature morte qui atteint son sommet. Les représentations flamandes ont souvent des plus petites dimensions. C’est à cette période qu’apparait une nouvelle distinction entre le trompe-l’œil qui est réalisé pour être vu de loin et celui à dimension du spectateur.

MyArtMakers - Trompe l'oeil - Edwaert Collier, peinture

MyArtMakers – Trompe l’oeil – Edwaert Collier, peinture

Le trompe l’oeil, une technique de précision!

Le but de cet exercice technique est de restituer le sujet avec un maximum de véracité en créant l’illusion d’un véritable relief.

Le trompe-l’œil tend à restituer le sujet avec la plus grande vérité possible, principalement en donnant l’illusion du relief. Pour y parvenir, le peintre n’utilise qu’une profondeur restreinte et le contraste d’un premier plan clair se détachant sur un arrière-plan sombre. On peut dire qu’il est la forme la plus accusée du réalisme, en donnant à ce terme son sens technique et non son sens littéraire.

Vers la fin du xviie siècle, le « trompe-l’œilliste » le plus fécond, Cornelis Norbertus Gysbrechts, ne se contentant pas de la forme rectangulaire, réalise la découpe compliquée d’un chevalet contre lequel il dispose un tableau, retourne une palette, ajoute une nature morte et une miniature, le tout découpé dans le bois.

MyArtMakers - Trompe l'oeil - Cornelis Norbertus Gysbrechts, Nature morte aux poissons, 1667

MyArtMakers – Trompe l’oeil – Cornelis Norbertus Gysbrechts, Nature morte aux poissons, 1667

Une différence qui ne trompe pas:

  • Le trompe-l’œil est peut prendre plusieurs aspexts suivant les cas.
  • Le trompe-l’œil mural par exemple s’apparente au décor de théâtre, il a une vocation décorative monumentale.
  • Le trompe l’œil évolue également suivant le point de vue de spectateur et agit parfois en anamorphose.
  • Le peintre décorateur ne traitera pas de la même manière le recouvrement du plafond voûté d’une église qu’une colonne cannelée.
MyArtMakers – Le trompe l’œil – Zuber

MyArtMakers – Le trompe l’œil – Zuber

La technique du peintre se mesure à une représentation convaincante et troublante de réalité. Et pour ajouter au rendu pictural, le peintre de trompe-l’œil règle la position du tableau : la hauteur d’accrochage du tableau sur le mur est ajustée en fonction du regard du spectateur. La distance au tableau est elle aussi essentielle, la construction perspective du tableau en dépend.

Le jeu de l’ombre et de la lumière confirmera la justesse des couleurs, rendant pertinente la représentation d’objets. Leur présence est si trompeuse qu’ils semblent appartenir à l’espace réel du spectateur. Vrais objets ? Cette vérité du trompe-l’œil, patiemment et habilement fabriquée, est un art du faux, faux semblant, ruse de la couleur et du dessin exact. L’ombre est reine qui modèle les volumes et les reliefs et répond à sa complice la lumière. La curiosité du spectateur est piquée à ce pari du trompe-l’œil dont on sort conquis, mais pas dupe. Ce clin d’œil avec le « voyeur » du tableau en donne bien la limite.

Le clin d’œil et l’humour qui accompagnent bien souvent le trompe-l’œil en sont l’élégance. La distance a fondé le point de vue, l’approche du tableau révélera le stratagème : il ne s’agit que de peinture mais l’art a joué son rôle.

MyArtMakers - Trompe l'oeil - Julian Deever, anamorphose

MyArtMakers – Trompe l’oeil – Julian Deever, anamorphose

Le trompe-l’œil a excellé dans les natures-mortes, les grisailles de bas-reliefs, les étagères, les faux cadres, les faux objets, les dessus de porte, devants de cheminées, devants de feu. En décoration, le trompe-l’œil s’attache à imiter les matières, bois, marbre, appareillage de pierre se fondant avec l’architecture.

Cet article vous a plu ?

Consulter les autres articles sur les techniques artistiques sur Le MAG MyArtMakers !

Octave Fournel

Octave Fournel

Octave Fournel est né à Saint-Etienne, la ville du design. Il s'intéresse très tôt au dessin et à l'écriture (Prix national du Carnet de voyage 2013) dans une famille où l'art est une passion et un métier. Etudiant à l'ICART, il se fascine pour la création artistique et son marché. Pour lui l'art n'est pas seulement une expression artistique mais le reflet d'une personnalité et d'une époque.

Leave a Reply