7 Impressionnisme, vive la couleur!  | LE MAG D'ARTIDAY
ArticlesMouvements artistiquesMouvements et Techniques

Impressionnisme, vive la couleur! 

By 5 janvier 2016 No Comments

Impressionnisme, une révolution artistique!

Jusqu’au début du XIXe siècle, l’art en Europe est dominé par l’art officiel, qui se veut académique, classique. Le classicisme, c’est la part belle au dessin, aux corps modelés selon les canons de l’antiquité. La couleur elle reste secondaire, c’est à peine si elle est enseignée à l’Académie royale de peinture et de sculpture. Mais avec l’invention du tube de peinture souple, les peintres peu à peu sortent peindre en plein air, et la lumière et ses jeux s’offre alors à eux. Ils s’emparent des révolutions qu’avaient offertes des peintres tel que Turner à la touffe touche romantique et libérée, Delacroix, Courbet, et proposent des tableaux jamais vu auparavant :  on peint des paysage, des scènes de la vie de tout les jours plutôt que des sujets bibliques ou mythologiques. C’est le début de l’impressionniste. Ces peintres, s’ils restent très différents les uns des autres, forment le groupe de Batignolles. Ce groupe est mené par Edward Manet, et compte en son sein des artistes tels que Renoir, Monet, Sisley, Pissarro…

MyArtMakers - Impressionnisme - Henri Fantin-Latour, un atelier aux Batignolles par

MyArtMakers – Impressionnisme – Henri Fantin-Latour, un atelier aux Batignolles par

Le choc d’une technique

Le Salon officiel était un événement majeur dans l’année des artistes : il rassemblait et exposait tout les peintres du moment. Seulement, en 1863 l’académie et son goût de la bienséance refuse énormément d’artistes. Révoltés, ils protestent contre Napoléon III qui ouvre alors pour eux le Salon des Refusés. Une foule se presse à son ouverture, dans l’intention de se moquer de ces peintres incompétents. Mais ils en sortiront bien étonnés, scandalisés, en particulier par le tableau d’un certain Claude Manet : Le déjeuner sur l’herbe. En effet, ce tableau s’inspirant d’une toile de Tissien, montre une scène réaliste et insolite, le pic-nic de deux jeunes hommes accompagnés de jeunes femmes, nues. Si, comme dans le tableau de Tissien, la nudité est depuis longtemps représentée en peinture, elle était toujours le symbole d’un idéal, d’une allégorie ne partageant pas le même espace temps. Mais chez Manet, la scène on ne peut plus réaliste suggère des ébats amoureux en pleine forêt. La jeune femme centrale pose son regard sur nous et semble nous inviter à participer, tandis que l’autre se nettoie dans une rivière à l’arrière plan. Celui-ci a aussi choqué par sa technique : il semble inachevé, laissé non-finito. Le reste de la toile non plus ne respecte pas les critères académiques, avec une lumière crue et violente venant éclairer les corps en aplats, ces derniers ne sont pas modelés, les plis de la chair de la jeune femme ne sont que de simples cernes noirs. Enfin, on peut voir dans ce tableau une critique de la société de l’époque, avec une place attribuée aux femmes comme simples objets, elles sont nues tandis que les hommes sont élégamment habillés.

Mais Manet n’est pas un impressionniste. Il a en effet très peu libéré sa touche et dessiné la nature, il conserve beaucoup de dessin. Seulement, c’est un peintre de la vie de tous les jours, il peint son présent et sa société en toute honnêteté : c’est ainsi qu’il est un des premiers peintres modernes.

MyArtMakers - Impressionnisme - Edouard-Manet, Le dejeuner sur l'herbe, 1863

MyArtMakers – Impressionnisme – Edouard-Manet, Le dejeuner sur l’herbe, 1863

Le premier salon des impressionnistes

En 1874, à lieu le premier salon des impressionnistes chez le photographe Nadar qui partage leurs gouts pour la captation d’un moment fugitif et fugace. Monet devient le chef de fil de ce courant débutant. Détesté, admiré, très inspiré par la peinture de Turner, ses tableaux deviennent les manifestes de ces nouveaux modernes. A ce salon des refusés, Monet fait à son tour scandale avec son Impression, soleil levant, qui donnera son nom à ce nouveau mouvement pictural.

L’exposition présente encore des Renoir (La loge, La danseuse), des Pissarro (Une matinée du mois de juin), des Sisley, des Cézanne (La maison du Pendu), des Berthe Morisot (Cache-cache), des Degas (Classe de danse)… Aujourd’hui, cette même exposition organisée au Grand Palais attirerait des millions de visiteurs. À l’époque, c’est un échec retentissant : seulement 3 500 personnes s’y rendent. La plupart des critiques ne se déplacent même pas, et la quinzaine de ceux qui osent pousser la porte de l’atelier de Nadar publient des papiers acerbes, parlant de croûtes qui « ont déclaré la guerre à la beauté ». Seuls deux articles sont plutôt favorables. Pierre-Auguste Renoir est encore celui qui s’en tire avec le moindre mal. Pas de quoi impressionner…

MyArtMakers - Impressionnisme - Paul Cézanne, La maison du Pendu

MyArtMakers – Impressionnisme – Paul Cézanne, La maison du Pendu

Une révolution dans l’art

L’impressionnisme révolutionna l’art tel qu’on le connaissait, avec des traits de pinceau visibles, la composition ouverte, l’utilisation d’angles de vue inhabituels, une tendance à noter les impressions fugitives, la mobilité des phénomènes climatiques et lumineux, plutôt que l’aspect stable et conceptuel des choses, et à les reporter directement sur la toile. Si le succès ne fut pas immédiatement au rendez-vous, et si le groupe se sépara en 1886, l’aide du marchand d’art Paul Durand-Ruel notamment leurs permis de se faire connaître à l’international, à Londres et à New York, où ils connurent leur heure de gloire. Alors que le mouvement impressionniste n’a duré qu’une dizaine d’années et a fait éclater le marché de l’art, il s’oriente dans les années 1890 vers de nouvelles attitudes picturales, traditionnellement considérées comme postimpressionnistes mais paradoxalement la cote des impressionnistes ne cesse de grimper à cette époque, amenant leurs tableaux à dominer le marché en termes de records de prix, et ce jusque dans les années 1990.

L’impressionnisme inspira de nombreux artistes, dont Cézanne, qui s’en éloigne peu à peu car il voulait « traiter la nature par la cylindre, la sphère et le cône » afin de faire de l’impressionnisme un art pérenne. Il donnera naissance au cubisme. Gauguin quand à lui est aussi grandement influencé par ce mouvement qui ouvrira la porte au synthétisme et au symbolisme, et plus tard au courant nabi. Van Gogh produira lui un œuvre pleine de naturalisme, inspirée par l’impressionnisme et le pointillisme, qui annonce le fauvisme et l’expressionnisme. L’impressionnisme se retrouve aussi en sculpture, porté par le sculpteur Rodin qui ne chercha plus à représenter des corps académiquement parfaits, mais à exprimer une émotion, une impression, laissant ses œuvres à moitié achevée pour laisser place à l’interprétation.

MyArtMakers - Impressionnisme - Van Gogh, Nuit étoilée

MyArtMakers – Impressionnisme – Van Gogh, Nuit étoilée

L’impressionnisme est un mouvement qui révolutionna la technique et les sujets de la peinture, il rayonna et inspira tous les arts qui suivirent, en cela ce courant est le père de l’art moderne.

Edwige De Poortere

Edwige De Poortere

Edwige est une étudiante de l'ICART Bordeaux où elle étudie le management culturelle et le commerce de l'art. Elle est née et a grandit à Pau, la ville d'Henri IV, mais son pays de coeur est l'Angleterre où elle voyage régulièrement. Elle y a d'ailleurs passé 1 an pour étudier l'art et le design. Passionnée d'art, qui lui permet depuis petite de se perdre et de se retrouver à la fois, elle dessine et écrit des bouts de vie à ses heures perdues.

Leave a Reply