7 Exposition réussie, un travail de terrain ! | LE MAG D'ARTIDAY
ArticlesConseils artistes

Exposition réussie, un travail de terrain !

By 27 juillet 2015 septembre 24th, 2015 No Comments

Exposition réussie, suivez le guide !

Élaborer une exposition, puisqu’il s’agit de proposer une vision personnelle du monde, c’est bâtir un microcosme où règnent l’artifice et l’imaginaire. Mise en espace d’un message unique, communication unilatérale à l’attention de récepteurs multiples, une exposition est nécessairement incomplète et interprétable à l’envie.

MyArtMakers - Exposition réussie - Catherine GFELLER, <em>Villes et Elles</em>, vue de l'exposition du Kunstmuseum, Luzern,

MyArtMakers – Exposition réussie – Catherine GFELLER, Villes et Elles, vue de l’exposition du Kunstmuseum, Luzern,

L’exposition doit essentiellement solliciter la vue, parfois l’ouïe, plus rarement le toucher : l’acte d’exposer englobe les « expôts » (ce qui est exposé) et le lieu de présentation. Poussée dans ses derniers retranchements, une exposition peut devenir une œuvre d’art totale à part entière.

Pourquoi réaliser une exposition ?

Exposer, c’est donner une visibilité nouvelle ou renouvelée au travail de l’artiste. Outre son but commercial, l’exposition permet de rencontrer un public d’amateurs, de curieux, mais également de professionnels. Aussi, la question du public visé doit très vite se poser ; le projet s’adaptera d’autant mieux au type de visiteurs que l’on cherche préférentiellement à attirer : adultes, adolescents, enfants, familles, collectionneurs ou galeristes, critiques, historiens d’art, partenaires muséaux, scénographes, mécènes potentiels…

MyArtMakers - Exposition réussi - CHAM, « Promenade au salon »,  <em>Le Charivari</em>, 15 mai 1859.

MyArtMakers – Exposition réussi – CHAM, « Promenade au salon »,  Le Charivari, 15 mai 1859.

Un chantier de tous les instants

Écrire une exposition : le projet d’exposition

La fonction du projet d’exposition est de donner le plus d’informations possible. Il doit expliciter la thématique principale et son articulation sur toute la surface de l’exposition (voir scénario). Le compléteront idéalement la biographie du ou des artistes représentés, une liste des œuvres pressenties, la présentation du lieu d’accueil potentiel, voire de l’organisateur de l’exposition.

Chaque étape des préparatifs, du montage à l’ouverture, devra être précisément référencée. Cela permettra de définir le nombre de bras nécessaires à la réussite de l’exposition puis de coordonner l’action de chacun. En outre, le projet d’exposition est indispensable à l’obtention du soutien des autorités de tutelle (État, Région ou Commune), du lieu d’accueil souhaité et également lors de la recherche de subventions.

L’établissement d’un calendrier pourra s’avérer nécessaire au bon déroulement des opérations : recherche du lieu d’exposition, de subventions, les dates pressenties (période d’affluence touristique ? vacances ?), le personnel indispensable et les périodes d’intervention, les éventuels travaux ou constructions, les prêts d’œuvres, le transport et conditionnement des œuvres, le début de la campagne d’affichage, la date du vernissage et des animations…

Le scénario : scénographie ou expo-graphie ?

Le terme « scénographie » indique que le concepteur de l’exposition part d’une idée ou d’un concept pour organiser spatialement les œuvres. L’ « expo-graphie », au contraire, prend pour point de départ de l’exposition les collections disponibles pour en tirer un thème directeur.

« L’exposition n’est pas un livre » Georges Henri Rivière

Le scénario explicite l’orientation privilégiée, le thème et le concept de l’exposition. Il en développe la problématique et articule les grands chapitres en grands espaces. Idée(s), espace(s) et œuvre(s) doivent être associés très tôt dans la conception de l’exposition. La scénographie ou l’expo-graphie, doit rendre évidente leur association. Dans le cadre d’une exposition d’art où l’expérience esthétique est privilégiée, il s’agira de préparer le visiteur – regardeur à sa rencontre avec l’œuvre, notamment à travers le prisme d’un environnement et d’une atmosphère spécifique.

MyArtMakers<em> - Exposition réussie -<em> Bruits</em>, Salle 5 "l'écho des réserves", Musée d'ethnographie de Neuchâtel, 2.10.2010 - 15.09.2011

MyArtMakers – Exposition réussie – Bruits, Salle 5 « l’écho des réserves », Musée d’ethnographie de Neuchâtel, 2.10.2010 – 15.09.2011

Le parcours proposé au visiteur lui permet de suivre le fil de l’exposition et de ne pas le perdre. Former une boucle, avec un début et une fin clairement indiquées, est une des solutions lui évitant de se sentir perdu ou (pire!) de revenir sur ses pas. En outre, le public se comporte souvent en dilettante et apprécie de visiter une exposition comme bon lui semble. Si chaque module est conçu comme une unité à part entière, le dispositif de l’exposition n’en sera que plus efficace et facile à appréhender. Ainsi, le public se trouvera dans de bonnes conditions pour apprécier les œuvres d’abord une à une, pour ensuite reconstituer un tout cohérent.

L’idée d’une scénographie neutre, d’un fond neutre, d’un texte neutre est fausse. Aucune présentation n’est jamais neutre, puisqu’elle résulte d’un choix, même dans le cas d’un white cube où les murs sont laissés blancs et les dispositifs de médiation réduits au minimum, voire absents. L’art contemporain permet à la scénographie d’expérimenter de nouvelles manières de rythmer l’exposition. Le visiteur est de plus en plus sollicité et participe, parfois malgré lui, à la mise en scène de l’œuvre.

MyArtMakers - Exposition réussie - Erwin WURM, <em>The Idiot</em>, perfomance, 2003

MyArtMakers – Exposition réussie – Erwin WURM, The Idiot, perfomance, 2003

Où exposer ?

Le choix du lieu de l’exposition devra tenir compte du type d’œuvres retenues. Permet-il d’exposer des œuvres de grande taille ou lourdes ? Sera-t-il envisageable d’exposer à l’extérieur ? Dispose-t-il de suffisamment de supports verticaux pour accrocher tableaux, photographies… ? D’espaces pour les vitrines ? Les socles ? Les infrastructures permettront-elles une bonne circulation des visiteurs à l’intérieur de l’exposition (c’est-à-dire sans danger pour le public ni pour les œuvres) ? Comment y assurer la maintenance et l’entretien des équipements pour toute la durée de l’exposition ?

Point de convergence entre les œuvres, l’artiste et le public (professionnels ou particuliers), l’espace doit permettre de présenter les œuvres dans les meilleures conditions, en terme notamment, de sécurité des personnes et des biens. Contracter une assurance de responsabilité civile ou vérifier que le lieu d’accueil en dispose épargnera bien des cauchemars.

Montage : à vos tournevis !

Une division claire de l’espace d’exposition favorise les articulations entre ses différentes zones et facilite le placement définitif des œuvres et des vitrines. Prendre en compte le caractère spécifique du lieu, son architecture, son orientation, les points d’éclairage naturel… élargit le champ des possibilités et contribue à conférer un caractère unique à l’exposition.

L’ancrage de l’œuvre d’art dans un espace dédié est un moment crucial ; un nœud d’interactions sociales entre l’artiste et le public. Aménagements temporaires, constructions éphémères, encadrement, signalétique, graphisme sont constitutifs de l’identité de l’exposition et orchestrent l’expérience du visiteur au sein de l’espace.

MyArtMakers - Exposition réussie - John BOCK, <em>Suit Sub-NOTHING-Spores</em>, 23 février 2014, Gio Marconi, Milan

MyArtMakers – Exposition réussie – John BOCK, Suit Sub-NOTHING-Spores, 23 février 2014, Gio Marconi, Milan

Les formes les plus outrées de l’art contemporain (installations, mobiles, artefacts animés, projections vidéo…) nécessitent des aménagements spécifiques qui ne concernent pas les œuvres picturales : une attention particulière à l’acoustique d’une salle ou au contraire son isolation phonique, un mobilier spécifique (projections lumineuses, de diapositives ou de films), une alimentation électrique en conséquence et donc un camouflage adéquat des câblages…

L’éclairage est un moteur de l’exposition. D’une manière générale, les contacts directs entre la lumière du jour et les œuvres devraient être évités. Mal contrôlé, l’éclairage inflige des dégâts aux œuvres papiers et textiles, pour ne citer que les plus évidentes, et gêne la perception des tableaux (reflets). Cependant, les jeux d’ombres et de lumières conditionnent l’appréhension des œuvres sculptées, adoucissent les courbes ou accentuent les contrastes.

MyArtMakers - Exposition réussie - Ilya et Emilia KABAKOV, "Le centre de l'énergie cosmique",<em> l'étrange cité des Kabakov</em>, Monumenta 2014, Grand Palais, Paris

MyArtMakers – Exposition réussie – Ilya et Emilia KABAKOV, « Le centre de l’énergie cosmique », l’étrange cité des Kabakov, Monumenta 2014, Grand Palais, Paris

L’installation des œuvres d’art

Toute exposition est une sélection, il ne s’agit pas de tout montrer, mais de choisir minutieusement les pièces. Les œuvres peuvent illustrer une période particulière de la production de l’artiste ou mettre en regard différentes étapes clés de sa carrière en un tout cohérent avec le thème principal de l’exposition. Ainsi l’organisation spatiale pourra varier, privilégiant l’ordre chronologique – déroulement qui suit le fil du temps,  ou insister davantage sur la technique mise en œuvre, la typologie des pièces ; la combinaison de ces dispositifs à l’intérieur de l’exposition entretient l’intérêt du visiteur et révèle la polysémie des objets.

La sélection des œuvres doit être opérée suffisamment tôt dans l’organisation du projet, tandis que l’installation devrait avoir lieu « hors poussières », à la dernière minute. Si les œuvres sont envisagées comme des objets de contemplation, une source de plaisir esthétique, leur « respiration » devra être prise en compte. Tout en dialoguant les unes avec les autres grâce au jeu dynamique de l’accrochage, chacune pourra être abordée et appréciée de manière individuelle.

Budget et recherche de fonds

Le calendrier de l’exposition sera d’une aide précieuse à l’établissement du budget. Ce dernier devra notamment prendre en compte la location des espaces, les diverses installations temporaires, les matériels nécessaires à l’exposition (cimaises, encadrements, vitrines, socles, éclairage artificiel, etc.), l’éventuel transport des œuvres et leur conditionnement, les nécessités électriques, audiovisuelles ou numériques.

En marge de l’exposition, la diffusion de l’information a un coût non négligeable (campagne d’affichage, flyers, cartons d’invitation au vernissage, dossiers de presse). Les éventuelles publications devront également apparaître (droits d’auteurs, frais d’impression). L’organisation du vernissage, des potentielles animations (visites guidées, ateliers) sont également une section incontournable.

Sans oublier la rémunération du personnel nécessaire à l’accomplissement des différentes tâches (commissaire d’exposition, scénographe, collaborateurs scientifiques, techniciens, transporteurs, traiteur).

L’État et les collectivités territoriales (Région et Communes) sont susceptibles d’apporter leurs soutiens financiers aux manifestations artistiques. Les appels d’offre et demande d’aides financières devront être lancés suffisamment tôt pour s’assurer une réponse positive. Une rencontre avec les responsables des services culturels permettra d’éviter la plupart des déconvenues.

MyArtMakers - Exposition réussie - Données ADMICAL-CSA 2010, Bénédicte Menanteau, Le Journal du Net

MyArtMakers – Exposition réussie – Données ADMICAL-CSA 2010, Bénédicte Menanteau, Le Journal du Net

En outre, la loi du 1er août 2003 concernant le mécénat  culturel (loi Aillagon) favorise les initiatives individuelles et entrepreneuriales à coup d’incitations et d’encouragements fiscaux difficilement négligeables, ainsi que d’une reconnaissance accrue de l’utilité publique. Outre une volonté claire de favoriser les initiatives culturelles, le mécène doit également y trouver son compte : visites VIP, entrées gratuites pour le mécène et ses clients, mention du nom de l’entreprise ou de l’individu sur les supports de communication…

Diverses solutions sont envisageables en fonction de l’envergure du projet ainsi que des besoins de chacune des parties. Actuellement l’aide du mécène concerne plus volontiers les apports matériels et autres dons en nature plutôt que financiers.

Et le visiteur dans tout ça ?

Diffuser l’information

La communication de l’exposition au public serait assurée par l’affichage en ville, trois semaines avant la date d’ouverture effective. L’information pourra être relayée par la distribution de flyers, et/ou déposés dans les commerces et le lieu d’accueil lui-même.

Une mise à jour du site internet serait la bienvenue dans la mesure où les visiteurs aiment préparer leur visite à l’avance ; cet argument est particulièrement valable lorsqu’il s’agit de vacanciers. Les envois de cartons d’invitation au vernissage devront intervenir suffisamment tôt pour permettre aux invités de participer.

Si des animations particulières sont prévues (visites guidées, ateliers pour adultes ou enfant, opportunité de visites pour les groupes scolaires et extra scolaire), il sera important de faire apparaître l’information via les divers média à disposition (flyers, internet, presse…).

MyArtMakers - Exposition réussie - Norma JEANE, #Jan25, pâte à modeler colorée, Palazzo delle esposizioni, jardin, Biennale de Venise, 2011

MyArtMakers – Exposition réussie – Norma JEANE, #Jan25, pâte à modeler colorée, Palazzo delle esposizioni, jardin, Biennale de Venise, 2011

Le visiteur – regardeur prend une part de plus en plus importante et active au sein des expositions. Laissons-lui l’opportunité de s’approprier cette expérience !

Diffuser l’information via les réseaux sociaux permet de toucher un large sceptre de personnes (Facebook, Twitter, Pinterest). La presse (radio et journaux) sera également un relais efficace de l’information ; leur envoyer un dossier de presse contenant toutes les informations nécessaires pourra les inciter à développer le sujet de l’exposition sur les ondes ou dans leurs pages agenda. Il est également possible de convier la presse à une visite privée et anticipée de l’exposition.

 Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter et retrouvez l’ensemble des actualités artistiques sur Le Mag MyArtMakers !

Artiday

Artiday

Artiday est la première place de marché sociale de l'art contemporain. Nous sommes de grands passionnés d'art contemporain et nous œuvrons pour transmettre cette flamme au plus grand nombre.

Leave a Reply