7 Dust : un siècle de photographie! | LE MAG D'ARTIDAY
Actualités artistiquesArticles

Dust : un siècle de photographie!

By 23 décembre 2015 No Comments

Dust : un siècle de photographie.

Avez-vous remarqué à quel point la poussière présente dans l’air révèle les rayons du soleil pénétrant une pièce ? Tantôt oubliée, souvent chassée, c’est pourtant elle qui vient apporter de la matière à ces faisceaux de lumière. C’est ce dialogue complémentaire entre le Beau et l’insignifiant que l’exposition DUST – Histoires de poussière d’après Man Ray et Marcel Duchamp propose d’explorer.

Quand l’infiniment petit devient sujet

A l’affiche du BAL actuellement, une exposition qui prend pour point de départ une seule et même photographie. DUST – Histoires de poussière d’après Man Ray et Marcel Duchamp retrace la vie et les tribulations d’un étrange cliché réalisé en 1920 par Man Ray. Le motif semblant anecdotique voire même dérisoire, nous mène pourtant à considérer l’histoire de l’art à travers un prisme nouveau.

Cette photographie représente un détail choisi d’une plaque de verre posée à plat et recouverte d’une épaisse couche de poussière. Au fil ont été tracés des séries de lignes.

MyArtMakers - Dust - Man Ray, Elevage de Poussière, 1920

MyArtMakers – Dust – Man Ray, Elevage de Poussière, 1920

Sans prétention mais pourtant énigmatique, cette œuvre éveille la curiosité par son sujet d’abord. Symbole du temps qui passe et de la vanité de condition humaine la poussière s’immisce dans notre quotidien en dépit de toute l’énergie que nous employons à aseptiser notre monde moderne. Intéressante par sa composition ensuite. A la fois réaliste et abstraite, cette œuvre renvoie à d’autres imaginaires. Peu habitué à voir la poussière comme motif principal d’une œuvre, le visiteur imagine alors dans ces lignes un paysage aérien de terres agricoles.

Le public de 1920 connait ce genre d’images grâce au développement de la photographie de reconnaissance aérienne durant la Première Guerre Mondiale et aux nombreuses publications de vues d’avions dans les magazines populaires illustrés.

Jouant sur cette tentation de voir en ce motif un paysage vu du ciel cette photographie paraîtra pour la première fois dans la revue d’avant-garde Littérature sous le titre Vue prise en aéroplane, par Man Ray.

Beauté de la trivialité

David Campany, commissaire de cette exposition, propose de questionner l’héritage laissé par Elevage de Poussière. En changeant l’échelle de notre regard de la poussière-détail à la poussière-sujet, les photographes des années 30 jusqu’aux artistes contemporains ont su faire faire naitre un intérêt pour le négligeable.

MyArtMakers - Dust - Gerhard Richter, Détails d’une image (1978)

MyArtMakers – Dust – Gerhard Richter, Détails d’une image (1978)

Dans Détails d’une image (1978), l’artiste Gerhard Richter propose une série de photographies représentant les détails d’une même peinture. Par différents cadrages, cette œuvre fait naitre des créations autonomes et désolidarisées de la toile d’origine.

Par l’effet des ombres, des lumières et bien sûr de la poussière, ces photographies sont des œuvres à part entière. Les moindres détails se révèlent : les touches du pinceau, les effets de matières, les couches de gouaches superposées, les contours accidentés. Tous différents, chacun de ces clichés posent une réflexion quasi-télescopique sur l’œuvre créée devenant elle-même œuvre créatrice.

La poussière destructrice

Si la poussière est l’œuvre du temps écoulé, elle peut également être le fruit d’une brutalité soudaine. Dès lors le temps ne passe plus, mais est comme suspendu, extrait de toute unité de mesure : A l’entrée de l’escalier menant au sous-sol de l’exposition, une photographie en noir et blanc montre un homme assis sur un banc, sa silhouette toute entière recouverte d’une couche épaisse de poudre grise. New York, 11 septembre 2001.

MyArtMakers - Dust - Xavier Ribas, Nomads, 2008

MyArtMakers – Dust – Xavier Ribas, Nomads, 2008

Nomads de Xavier Ribas est une œuvre morcelée en un ensemble de plusieurs photographies d’un paysage bouleversé. Le 24 Février 2004 à Barcelone, des industriels ont envoyé des machines lourdes pour chasser les dizaines de familles tziganes qui occupaient les usines désaffectées. En quelques jours, des foreurs ont levé et retourné le plancher de béton du site, laissant derrière eux un environnement défiguré. Cette méthode de dissuasion démontre la valeur économique de la violence et de la destruction, même de sa propre propriété, afin de contrôler l’espace. Le sol craquelé, les fissures et les fragments de dalles de béton demeurent comme les témoins silencieux
d’un vestige signé de la main de l’homme.

MyArtMakers - Dust - Xavier Ribas, Nomads (détail), 2008

MyArtMakers – Dust – Xavier Ribas, Nomads (détail), 2008

En mélangeant des œuvres d’artistes célèbres, d’anonymes et de reporters, David Campany propose une exposition-OVNI fondamentalement originale, à découvrir jusqu’au 17 janvier prochain. Informations pratiques : Dust – Histoires de poussière / Au Bal, 6 impasse de la Défense, métro Place de Clichy / Du 16 octobre 2015 au 17 janvier 2016 / Tarifs : 6 euros (tarif réduit : 4 euros)

Amandine Robert

Amandine Robert

Titulaire d'une bi-licence de Droit et d'Histoire de l'art, puis d'un master de recherche en Histoire de l'art, Amandine a spécialisé sa réflexion autour des richesses de l'Art brut. Passionnée par la création sous ses formes les plus éclectiques, elle a travaillé au sein d'une agence de presse spécialisée dans la promotion culturelle et au service des relations médiatiques du Barbican Centre (Londres), le plus grand centre multi-arts d'Europe.

Leave a Reply