7 Définition prix d'une oeuvre, quelques solutions! | LE MAG D'ARTIDAY
Conseils artistes

Définition prix d’une oeuvre, quelques solutions!

By 29 juin 2015 septembre 24th, 2015 No Comments

Définition prix d’une oeuvre :  les éléments à prendre en compte!

Généralement, la définition du prix d’une œuvre se référent à plusieurs critères. Les prix varient en fonction de la dimension, du médium ainsi que la thématique. Cependant, il faut également prendre en compte d’autres critères parfois moins flagrants mais qui s’avérèrent pour le moins essentiels.

MyArtMakers - Définition prix

MyArtMakers – Définition prix

Déterminer le prix de ses tableaux et productions en deux dimensions

Le plus souvent, les œuvres en deux dimensions tels que les peintures à l’huile ont la plus grosse côte sur le marché de l’art. Viennent ensuite les œuvres à l’acrylique, puis les créations sur support papier aquarelles, fusains, pastels, gravures, crayons ou encore esquisses.

Usuellement, une peinture sera plus onéreuse qu’un dessin sur papier. Cela s’explique par deux critères : La peinture se conservera beaucoup mieux qu’une esquisse et sera donc pérenne. Enfin, une peinture de grande dimension a un aspect ornemental plus intéressant qu’un croquis souvent plus petit. Vous pouvez définir une côte de vos toiles en établissant un prix par point.

Pour avoir davantage de chances de vendre, il faut analyser le marché de l’art non seulement esthétiquement mais pécuniairement. Ainsi, on obtient une idée qualitative générale de son travail. Pour faciliter la vente, il est nécessaire de se renseigner sur les œuvres présentes dans les galeries et les musées.

Néanmoins, pour vendre ses œuvres il est indispensable de rester pragmatique. Il ne faut pas établir un prix seulement en fonction du temps passé sur l’œuvre ou de l’impression personnelle de la création. Une constance des prix d’un artiste établit une forme de crédibilité et de confiance importante pour le client. Ne jamais mépriser son travail, le concept et le rendu sont les aspects primordiaux pour définir un coût.

Si vous êtes novice ou si vous n’avez pas encore vendu vos travaux, il vous faut définir les éléments basiques de votre travail, à savoir le temps passé et le coût matériel. Même si le temps n’est pas le facteur essentiel, il est évident que vous vendrez un projet ayant prit une heure bien moins cher qu’un tableau réalisé sur plusieurs mois. Ensuite, vous devez évaluer le coût matériel pour que votre œuvre soit rentable et rembourser vos frais liés à l’achat de vos matériaux (peinture, pinceaux, couteaux, toiles, crayons…). Si votre tableau est sous verre ou encadré vous pouvez ajouter ce coût dans le prix de vente.

Plus vous serez assidu dans votre gamme de prix plus vos chances de vendre seront maximisées. Il est préférable de commencer avec des montants faibles à vos débuts qui monteront au fil du temps et de l’engouement que suscitera vos œuvres.

Comme dit précédemment, le prix est exponentiel suivant les dimensions, mais également en fonction de votre succès. Si vos créations se vendent à profusion vous pouvez augmenter vos prix, mais restez toujours dans des montants similaires. Cependant, cette hausse doit être justifiable en mentionnant des faits concrets : vos expériences, vos expositions, vos ventes, vos gains de prix et de concours. Rédigez des certificats d’authenticité pour vos créations. Cet aspect semble être un détail mais il donnera une relation de confiance à votre clientèle.

Outre vos œuvres « classiques » à la vente, vous pouvez modifier certaines modalités. Vous pouvez vendre vos reproductions (limitées) de votre art pour un coût bien inférieur. Les commandes spécifiques faites par des clients quant à elles peuvent être vendues plus chères car elles nécessitent un travail différent. Les commandes et les reproductions fidélisent les collectionneurs, c’est un aspect essentiel pour vendre régulièrement.

Demandez-vous si votre œuvre touchera le public, si elle est innovante, audacieuse et esthétique. Il faut aussi savoir vendre son travail sans le dénigrer. Jeff Koons par exemple est l’artiste contemporain vivant, le mieux vendu dans le monde. Les raisons ? Son style est innovant, difficilement classable, audacieux par ses thèmes et ses dimensions et surtout commercial. Il mise sur une esthétique particulière et un concept spécifique mettant en valeur ses travaux.

MyArtMakers - Définition prix - Jeff Koons, Tulips

MyArtMakers – Définition prix – Jeff Koons, Tulips

Comment vendre son œuvre si elle n’est pas matérielle ?

L’art est un domaine ou les productions ne sont pas toujours physiques ou matérielles. Comment rendre son œuvre vendable ?

Posez-vous les bonnes questions pour savoir si votre création est commercialisable. Si vous évoluez dans le Street Art, il vous sera difficile de vendre votre œuvre en tant que support. Si vous souhaitez commercialiser votre art, il vous faudra favoriser un autre style ou décliner votre style sur toile ou un autre matériau transportable et cessible.

Si vous êtes dans la performance ou le Land Art, étant des activités éphémères, vous pouvez commercialiser des photographies ou des vidéos de votre art. En faisant cela, vous prenez en compte le coût des copies ou tirages et établissez un prix raisonnable pour un support vidéo ou photo qui a été copié plusieurs fois, car vous n’êtes plus dans l’œuvre unique.

Pour l’art numérique, effectuez des tirages photographiques (sur papier argentique par exemple). Un papier de qualité est préférable pour obtenir un prix intéressant. Cependant, votre création numérique se vendra moins cher qu’une œuvre réalisée à la main directement sur le support pour deux raisons. La première est que l’œuvre numérique peut être dupliquée. La seconde est que cette forme artistique n’est pas encore bien intégrée comme pouvant être collectionnée.

MyArtMakers - Définition prix - Land Art

MyArtMakers – Définition prix – Land Art

Comment vendre une œuvre en trois dimensions ?

Si vos œuvres sont sculpturales, les prix peuvent varier en fonction de différents critères. Premièrement, il faut noter le médium utilisé. Une sculpture en bronze sera nécessairement plus onéreuse qu’une création en argile ou en papier mâché. Car comme pour la peinture, la sculpture requiert une forme de pérennité. Le bronze ou l’acier étant plus résistants sont amenés à durer davantage dans le temps et à être moins altérés.

Le nombre de tirage doit également être pris en compte. Si vous favorisez un petit tirage voir une création unique, ces derniers vaudront plus chers qu’une production en série. Plus le nombre de moulages est important plus le prix de l’œuvre sera bas. Une création unique par son originalité sera plus intéressante pour le collectionneur.

MyArtMakers - Définition prix - Umberto Boccioni, l'Homme en mouvement

MyArtMakers – Définition prix – Umberto Boccioni, l’Homme en mouvement

 

Cet article vous a plu ?

Découvrez les autres articles du Guide de l’Artiste ou inscrivez-vous à la newsletter du Mag MyArtMakers pour être tenu informé de nos actualités !

Artiday

Artiday

Artiday est la première place de marché sociale de l'art contemporain. Nous sommes de grands passionnés d'art contemporain et nous œuvrons pour transmettre cette flamme au plus grand nombre.

Leave a Reply