7 Céramique ou l’art de façonner! | LE MAG D'ARTIDAY
ArticlesMouvements et TechniquesTechniques artistiques

Céramique ou l’art de façonner!

By 23 novembre 2015 One Comment

Céramique, un art trop souvent délaissé

Dès notre enfance, nous apprenons à dessiner le monde sur une feuille de papier, et donc retranscrire du 3D en 2D. Quel exercice compliqué, quand on peut commencer par le plus simple, créer directement en volume ! La céramique, art plusieurs fois millénaire, est en effet apparue plus tôt que le dessin, qui demande un effort d’abstraction et d’imagination. La première trace de cette technique date du paléolithique (environ 29000 avant JC), avec la Vénus de DolníVěstonice. Comme pour tous les arts rupestres, on ignore à jamais quelle était sa fonction, mais les formes développées et féminines de la statuette nous indique qu’elle devait être un symbole de fécondité.

MyArtMakers - Céramique - Vénus de Dolní Věstonice

MyArtMakers – Céramique – Vénus de Dolní Věstonice

Une technique millénaire

La céramique, comme nous l’avons vu plus haut, est un des premiers arts du feu, bien avant la métallurgie, qui a besoin de la céramique pour ses moules. Le mot vient du grec kéramos, c’est à dire terre à potier, argile. La technique consiste à modeler des formes à partir d’une pâte humide plastique ou du frittage d’une poudre sèche préalablement comprimée. C’est un moyen d’expression artistique qui témoigne de l’art de vivre des civilisations : il fut de plus en plus élaboré, passant de notre Vénus aux vases grecs, aux poteries précolombiennes, aux porcelaines chinoises…

La réalisation de pots et de vases se faisait originairement par la poterie en colombin, qui consiste à créer du volume en superposant de longs boudins. La facture était alors plus épaisse et rustique, on a donc inventé aux alentours de 4000 avant JC les premiers tours rapides en Chine qui permettaient un rendu plus lisse et fin. Le façonnage par coulage apparaît dans les dernières années du XVIIIe siècle, cette technique consiste à verser de la pâte à l’état fluide dans un moule en plâtre présentant en creux la forme de la pièce à obtenir. Au contact du plâtre, l’eau est absorbée par capillarité; il se produit alors une filtration et la pâte se dépose sur la paroi absorbante en épousant toutes les sinuosités du plâtre.

MyArtMakers - Céramique - Shéma poterie en colombin,

MyArtMakers – Céramique – Shéma poterie en colombin,

Au Moyen Âge, l’art de la poterie, devenue universelle, ne cesse de gagner en finesse. La porcelaine quand à elle est longtemps restée l’apanage de la Chine, c’est un article de luxe, une marchandise exotique que les amateurs européens importent à grands frais. Pour les potiers européens, ce fût un casse tête-chinois. A la fin du XVIème siècle, les Italiens obtiennent à partir de la terre pâle de Vicence une céramique blanchâtre et légèrement translucide, désignée sous le nom de « Porcelaine de Médicis ».

La céramique se divise en plusieurs catégories :

La céramique domestique : c’est la poterie de base, les plats, vases, pots en argile…

La céramique de bâtiment : comme le carrelage, la porcelaine sanitaire, les briques de maçonnerie.

La céramique technique : c’est un branche apparue au XXe siècle qui traite de la céramique industrielle. L’objectif de cette industrie est la création et l’optimisation de céramiques aux propriétés physiques spécifiques : mécaniques, électriques, magnétiques, optiques…

La céramique d’art : elle délaisse la fonction utilitaire pour se centrer sur la valeur décorative et esthétique.

Dans cet article, nous nous pencherons plus spécifiquement sur la céramique d’art et comment les artistes ont au fil du temps laissé parler leur inspiration par cette technique certes salissante, mais qui permet de mettre littéralement la main à la pâte.

MyArtMakers - Céramique - Vase ming

MyArtMakers – Céramique – Vase ming

Vase ming, ce style est renommé pour ses couleurs bleues et blanches.

L’argile, un matériau pétrit par l’imagination de grands artistes

Dans les années 50, la région de Vallauris voit se constituer une sorte de colonie informelle d’artistes et non des moindres, tels Picasso, Matisse et Chagall, qui se passionnent pour la céramique alors en vogue.En 1948, l’arrivée de Picasso dans la cité des potiers et son étonnante production contribuent largement au renouveau de cette activité.

Pablo Picasso

Le maître y demeure jusqu’en 1955, et révèle pendant cette période l’autonomie de la céramique comme moyen d’expression artistique et la lie en même temps à son œuvre et ses autres travaux, tels la gravure, la peinture, la sculpture et les assemblages à partir d’objets trouvés. La grande majorité de ses céramiques reflète l’une des préoccupations majeures de l’ensemble de son œuvre depuis le cubisme : la relation entre l’objet et l’image. Pablo Picasso tirera aussi grandement son inspiration de l’art africain à qui il redonne ses lettres de noblesse. Sa pratique est peu orthodoxe. Picasso sculpteur façonne dans la glaise faunes et nymphes, coule la terre comme on le fait du bronze, décore inlassablement plats et assiettes de ses thèmes favoris (corrida, femme, chouette, chèvre…), invente les pâtes blanches qui sont des céramiques non émaillées, décorées d’éléments en relief…Picasso a su assimiler de nombreuses techniques céramiques et les a même transgressées pour en révéler de nouvelles possibilités. Il a surtout proposé d’audacieuses innovations plastiques, en faisant tout particulièrement de son utilisation de la surface, du volume et même du vide les composantes fondamentales de l’image céramique. C’est cette  » révolution  » conceptuelle qui place Picasso parmi les plus grands céramistes du XXe siècle.

MyArtMakers - Céramique - Pablo Picasso, tripode, 1950

MyArtMakers – Céramique – Pablo Picasso, tripode, 1950

Marc Chagall

L’artiste s’installe à Antibes dans l’atelier « La poterie des remparts » et y produit plus de 220 pièces entre 1959 et 1972. Toutes les pièces sont uniques, contrairement à Picasso avec qui il entretenait une relation admirative mais freinée par leurs égos, Marc Chagall refusera le principe de l’édition. Il ne s’inscrira en effet jamais dans une dynamique de production de céramique puisque toutes ses créations sont uniques et qu’il était intéressé non par la simple déclinaison de ses œuvres sur un nouveau support, mais par la création elle même appropriée à un nouveau matériau. En effet la diversité des modes d’expression est une permanente chez Chagall. Il s’adonne notamment aux techniques de l’eau-forte, à la lithographie couleur, aux arts de la scène. Sur la céramique, il met son expérience de peintre et de graveur au service de la sculpture pour créer des peintures en reliefs, puis en 3 dimensions, et celle de coloriste à l’épreuve du feu dont il ne maitrise pas les effets ni sur la matière ni sur les pigments. Ses premières productions adaptent les formes traditionnelles de la céramique culinaire, mais très vite il tire partie des formes et des cuissons pour obtenir le velouté des couleurs, jouant de la lumière et de la profondeur grâce à l’alternance des vernis mats et brillants. Puis, il travaille le volume et obtient une complexité formelle de plus en plus grande. Les vases deviennent de purs volumes plastiques et atteignent ainsi un statut d’objets autonomes. Les sériées réalisées à partir de 1950 comme « Les Fables de la Fontaine » ou les ensembles concernant la Bible affichent clairement leur correspondance avec celles réalisées en peintures sur les mêmes thèmes, fidèles à la dualité chagallienne entre le profane et le sacré.

MyArtMakers - Céramique - Marc Chagall, Eglise du Plateau d'Assy, Moïse

MyArtMakers – Céramique – Marc Chagall, Eglise du Plateau d’Assy, Moïse

Fernand Léger

C’est à la fin de sa vie que Fernand Léger s’est intéressé à la céramique afin de renouveler son travail pictural et de mener des expérimentations. Ce support fut pour l’artiste un moyen de sortir du cadre du tableau et d’étendre sa peinture à des dimensions nouvelles : le relief et la monumentalité.Abordant la céramique avec l’oeil du peintre, Léger joue sur le volume pour dynamiser ses compositions et animer son célèbre cerne noir. En accord avec son idéal d’un art pour tous, la sculpture polychrome lui permet de déployer son travail dans des projets monumentaux conçus pour l’espace public.

MyArtMakers - Céramique - Fernand Léger, composition au vase bleu

MyArtMakers – Céramique – Fernand Léger, composition au vase bleu

MyArtMakers - Céramique - Fernand Léger, Le jardin d'enfants

MyArtMakers – Céramique – Fernand Léger, Le jardin d’enfants

Paul Gauguin

Une partie de la quête primitiviste de Paul Gauguin s’exprime dans son travail de céramique, il fut d’ailleurs un des premiers à exercer cette technique au service de l’art. De 1886 à 1897, ses œuvres sculptées ou modelées sont réalisées à Paris entre ses différents voyages qui le mènent en Martinique, en Bretagne, mais surtout à Tahiti et aux Marquises. Le pot portrait représentant Mme Schuffeneck, daté de 1888-1889, appartient au groupe des premières céramiques de Gauguin. Le visage penché semble rêveur, le capuchon renfonçant l’impression qui se dégage de ce visage pensif. Fasciné par les arts décoratifs, le traitement brut de la matière sans vernis, sans couleur, fait penser à la céramique populaire. Le visage qui forme le contenant du pot montre aussi la fascination précoce de Gauguin pour la céramique anthropomorphique péruvienne ou inca. L’artiste a passé une partie de son enfance au Pérou où sa mère possédait une collection de céramique sud américaine, enfance dont il tire son inspiration.

Une partie de la quête primitiviste de Gauguin s’exprime dans son travail de céramique, il fut d’ailleurs un des premiers à exercer cette technique au service de l’art. De 1886 à 1897, ses œuvres sculptées ou modelées sont réalisées à Paris entre ses différents voyages qui le mènent en Martinique, en Bretagne, mais surtout à Tahiti et aux Marquises.Le pot portrait représentant Mme Schuffeneck, daté de 1888-1889, appartient au groupe des premières céramiques de Gauguin. Le visage penché semble rêveur, le capuchon renfonçant l’impression qui se dégage de ce visage pensif. Fasciné par les arts décoratifs, le traitement brut de la matière sans vernis, sans couleur, fait penser à la céramique populaire. Le visage qui forme le contenant du pot montre aussi la fascination précoce de Gauguin pour la céramique anthropomorphique péruvienne ou inca. L’artiste a passé une partie de son enfance au Pérou où sa mère possédait une collection de céramique sud américaine, enfance dont il tire son inspiration.

MyArtMakers - Céramique - Paul Gauguin, Mme Schuffenecker

MyArtMakers – Céramique – Paul Gauguin, Mme Schuffenecker

Grayson Perry

C’est un artiste connu notamment pour son alter-ego Claire ou son prix Turner en 2003. Ses poteries colorées et fantaisistes abordent l’abus sexuel, la mort ou encore le sadomasochisme, bien loin des thèmes classiques traditionnellement attachés au support. Il se réfère à la céramique grecque et à l’art folk, l’aspect à première vue plaisante et artisanale contraste avec les sujets sombres abordés.

MyArtMakers - Céramique - Grayson Perry, I want to be a an artist

MyArtMakers – Céramique – Grayson Perry, I want to be a an artist

Kurt Weiser

La céramique offre le triple intérêt d’allier forme, couleurs et dessin. Dans les mains de Kurt Weiser, la tradition centenaire chinoise de la peinture sur porcelaine s’offre une nouvelle vie. Après des études de céramique, il a commencé sa carrière par de la vaisselle en porcelaine sculpturale, mais son attention se tourne rapidement à la peinture sur porcelaine. Ses scènes allégoriques sont peintes dans un style réaliste sur des formes distordues et sont depuis lors devenus des ouvrages facilement reconnaissables d’un maître de la peinture sur porcelaine.

Les artistes de MyArtMakers

Nos artistes MyArtMakers affectionnent eux aussi cette technique, découvrez le travail de deux d’entres eux!

Anne Dumollard

MyArtMakers - Céramique - Anne Dumollard, Crane happy

MyArtMakers – Céramique – Anne Dumollard, Crane happy

Button Text

Anne Lesca

MyArtMakers - Céramique - Anne Lesca, Petits pétales

MyArtMakers – Céramique – Anne Lesca, Petits pétales

Button Text

N’hésitez pas à consulter nos autres articles sur les techniques de l’art !

Edwige De Poortere

Edwige De Poortere

Edwige est une étudiante de l'ICART Bordeaux où elle étudie le management culturelle et le commerce de l'art. Elle est née et a grandit à Pau, la ville d'Henri IV, mais son pays de coeur est l'Angleterre où elle voyage régulièrement. Elle y a d'ailleurs passé 1 an pour étudier l'art et le design. Passionnée d'art, qui lui permet depuis petite de se perdre et de se retrouver à la fois, elle dessine et écrit des bouts de vie à ses heures perdues.

One Comment

Leave a Reply