7 Art Nouveau, à l'aube du XXe siècle ! | LE MAG D'ARTIDAY
Mouvements artistiques

Art Nouveau, à l’aube du XXe siècle !

By 13 février 2015 septembre 25th, 2015 One Comment

Art nouveau, lignes et courbes !

« Vers 1900, un geste magnifique : l’Art Nouveau. On secoue les nippes d’une vieille culture ». Quand Le Corbusier prononce cette phrase en 1929, l’Art Nouveau est tombé en discrédit. Dépassant le stade du superficiel, Le Corbusier a décelé l’impact de l’Art Nouveau ainsi que la rupture radicale avec les ordres classiques que ce mouvement va engendrer.

L’Art nouveau est un mouvement artistique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle qui s’appuie sur l’esthétique des lignes courbes.

L’Art Nouveau va se voir attribuer plusieurs noms suivant les pays : Modernismo en Espagne, Free Style en Grande-Bretagne, Art Nouveau ou Modern Style en Belgique et en France, Sécession en Autriche, Jugendstil en Allemagne, Nieuwe Kunst aux Pays-Bas ! Né en réaction contre les dérives de l’industrialisation à outrance et la reproduction sclérosante des grands styles, c’est un mouvement qui connaîtra un développement international concomitant.

L’expression « Art nouveau » est employée pour la première fois par Edmond Picard en 1894 dans la revue belge L’Art moderne pour qualifier le travail d’Henry van de Velde. L’expression apparaît en France le 26 décembre 1895, lorsqu’elle devient l’enseigne de la galerie d’art de Siegfried Bing à Paris sous le nom maison de l’Art nouveau. On y trouve de grands noms des mouvances symbolistes et Art nouveau : Munch, Rodin, Tiffany ou encore Toulouse-Lautrec. Hector Guimard est un personnage à part, il fait figure de génie prolifique et isolé, créant son propre univers, le « style Guimard ».

 

MyArtMakers - Art Nouveau - Affiche de la galerie Siegfried Bing, 1895.

MyArtMakers – Art Nouveau – Affiche de la galerie Siegfried Bing, 1895.

On efface tout et on recommence !

Malgré certaines nuances selon les pays, les critères sont communs. L’Art nouveau se doit de présenter une inventivité, la présence de rythmes, couleurs, ornementations, inspirés des arbres, des fleurs, des insectes, des animaux, et qui introduisent du sensible dans le décor quotidien. Le mouvement va également trouver sa source dans l’ouverture de l’Occident à la culture japonaise qui inspire les arts graphiques et l’artisanat d’art depuis l’Exposition universelle de 1867.

L’Art Nouveau fut également interprété comme l’expression d’une révolte des périphéries industrielles contre les centres politiques, des métropoles modernes contre les capitales vieillissantes. Glasgow s’opposerait à Londres, Milan et Turin à Rome, Barcelone à Madrid, Nancy à Paris, Munich à Berlin, Helsinki, Riga, et même Moscou à Saint-Pétersbourg. La ville de Chicago et la Californie s’opposeraient à l’académisme « Beaux-Arts » new-yorkais. C’est dans cette optique que les anciens matériaux comme le bois, la pierre ont été élégamment mariés avec les nouveaux comme l’acier, le verre. Pour chacun d’eux, des artistes ont poussé leurs recherches à l’extrême pour en tirer le meilleur.

C’est ainsi que les pâtes de verres multicouches, les rampes d’escalier à entrelacs de ferronneries, les meubles aux ondulations de bois ont permis de mettre l’art à disposition du plus grand nombre, tout en gardant une volonté d’innovation formelle, inspirée de la nature. L’innovation majeure dans le domaine de la décoration intérieure se situe dans la recherche d’unité. Toutefois, le style n’échappe pas à certains parallèles avec la tradition, en particulier gothique, rococo et baroque ; le gothique servit ainsi de modèle théorique, le rococo d’exemple dans l’application de l’asymétrie et le baroque de source d’inspiration en matière de conception plastique des formes.

MyArtMakers - Art Nouveau - Vase "Paon", Louis C. Tiffany, avec Eugène Feuillâtre et Edward Colonna, 1898.

MyArtMakers – Art Nouveau – Vase « Paon », Louis C. Tiffany, avec Eugène Feuillâtre et Edward Colonna, 1898.

 

 

MyArtMakers - Art Nouveau - Louis Majorelle, Chambre, Musée des Arts Décoratifs, Paris

MyArtMakers – Art Nouveau – Louis Majorelle, Chambre, Musée des Arts Décoratifs, Paris

Art Nouveau, savez-vous où il se cache ?

Dans le troisième tiers du XIXe siècle Barcelone est en pleine expansion économique et urbanistique. Trois créateurs, entourés d’une myriade d’artistes et d’artisans animent de leurs interventions cette joyeuse fête urbaine : Luis Doménech i Montaner, Antoni Gaudi i Cornet et Josep Jujol i Gibert. Il faut associer à leur travail Eusebi Güell, industriel du textile qui fut leur fidèle mécène. Luis Doménech i Montaner se fait connaitre à l’Exposition universelle de Barcelone (1887) par le restaurant Les Trois Dragons aujourd’hui musée zoologique de Barcelone. Il y associe les ornements colorés de la Catalogne avec de puissants et géométriques volumes de briques. Ses deux œuvres majeures ont une vocation sociale : L’hôpital San Pao et le palais de la Musique catalane. Dans ces deux espaces, Doménech i Montaner pratique un jeu d’espaces ouverts et fluides et de lumières directes et indirectes. Il utilise simultanément tous les registres décoratifs, géométriques ou biologiques, tous les matériaux, naturels ou industriels et toutes les techniques : sculpture, peinture à l’intérieur comme à l’extérieur.

A partir de 1903, Gaudi recherche de nouvelles formes expressives. Il va introduire dans le paysage urbain de Barcelone une liberté de structures, la façade de l’immeuble Batllo en est l’exemple parfait. Avec le parc Güell, il réinvente le jardin urbain.

 

MyArtMakers - Art Nouveau - Gaudi, immeuble Batllo

MyArtMakers – Art Nouveau – Gaudi, immeuble Batllo

 

MyArtMakers - Art Nouveau - Gaudi, Parc Güell, Barcelone

MyArtMakers – Art Nouveau – Gaudi, Parc Güell, Barcelone

 

En France l’Art nouveau se décline en deux écoles : Paris et Nancy. Le style Guimard est aujourd’hui indissociable des entrées du métro parisien, réalisées en fonte industrielle.

MyArtMakers - Art Nouveau - Hector Guimard - Métro Abbesses

MyArtMakers – Art Nouveau – Hector Guimard – Métro Abbesses

En 1893, Victor Horta construit à Bruxelles l’hôtel Tassel, considéré comme le tout premier édifice Art nouveau à exploiter la ligne courbe. La fluidité des espaces fait écho aux courbes végétales qui investissent ferronneries, mosaïques, fresques et vitraux, éléments tant structures qu’ornements. Horta conçoit un édifice inédit avec des meubles qui correspondent au rythme des murs et de l’architecture ; il dessine les motifs des tapis, conçoit les meubles : c’est la naissance d’un Art total.

MyArtMakers - Art Nouveau - Victor Horta - Intérieur de l'Hôtel Tassel

MyArtMakers – Art Nouveau – Victor Horta – Intérieur de l’Hôtel Tassel

Louis Guingot, peintre résolument art nouveau mais méconnu, était membre du mouvement de l’École de Nancy. Il utilisait une technique de peinture à la colle. Il faut également citer Henri Bellery-Desfontaines, Jules Chéret, Georges de Feure, Victor Prouvé et Théophile Alexandre Steinlen, artistes refusant la séparation entre arts nobles et arts mineurs. La peinture devient un élément du décor.

À Bruxelles, ce sont des bâtiments de Victor Horta et Josef Hoffmann. Du premier, ce sont les quatre habitations majeures : l’Hôtel Tassel, de l’Hôtel Solvay, de l’Hôtel van Eetvelde et de la Maison Horta, maison-atelier de l’architecte devenue musée Horta. Du second c’est le Palais Stoclet, réalisé entre 1905 et 1911 par l’architecte autrichien Josef Hoffmann, l’un des maîtres de la Sécession viennoise.

Des couvertures de livres aux illustrations de revues, des affiches publicitaires aux panneaux décoratifs, de la typographie de presse aux cartes postales, l’Art nouveau a laissé sa trace.

Le Tchèque Alfons Mucha est considéré comme l’auteur le plus influent. Ses créations gagnèrent une renommée internationale, grâce à la délicatesse de ses dessins qui incluaient le plus souvent la figure féminine comme figure centrale, enveloppée par des arabesques d’éléments naturels.

MyArtMakers - Art Nouveau - Alfons Mucha - Affiche publicitaire, 1897.

MyArtMakers – Art Nouveau – Alfons Mucha – Affiche publicitaire, 1897.

 

Apparu au début des années 1890, on peut considérer qu’à partir de 1905 l’Art nouveau avait déjà donné le meilleur de lui-même et que son apogée est atteint. Avant la Première Guerre mondiale, ce mouvement évolua vers un style plus géométrique, caractéristique du mouvement artistique qui prendra la relève : l’Art déco (1910-1940).

Envie d’en savoir plus sur ce superbe mouvement artistique qu’est l’art nouveau: plus d’informations.

One Comment

Leave a Reply