7 Art abstrait, l’esprit des traits! | LE MAG D'ARTIDAY
ArticlesMouvements artistiquesMouvements et Techniques

Art abstrait, l’esprit des traits!

By 30 novembre 2015 décembre 14th, 2015 3 Comments

Art abstrait, l’esprit des traits!

Comment aborder l’ art abstrait ? Cet art exprime en effet directement des sentiments plutôt que de les suggérer. Au contraire des tableaux figuratifs, il ne nous invite pas dans un univers de perception mais dans un univers mental. L’abstraction est plus intellectuelle, plus méditative, elle est liée aux dispositions mentales du regardeur : elle suscite en vous des émotions. Les émotions qui sont les vôtres en regardant sont-elles celles de l’artiste lors de la création ? L’artiste veut-il vous transmettre ses propres sentiments ?

Pas forcément, plusieurs d’entre eux affirment que nous pouvons trouver dans un tel tableau ce que nous souhaitons, les sentiments étant trop personnels pour être imposés : un tableau abstrait est un espace de liberté, pour vous y promener sans directive.

MyArtMakers - Art Abstrait - Vassily Kandinsky, Dans le gris, 1919

MyArtMakers – Art Abstrait – Vassily Kandinsky, Dans le gris, 1919

Qu’est-ce que l’art abstrait ?

Une image abstraite est en elle-même un oxymore, une image supposant être traditionnellement la représentation d’une réalité. En effet, l’art abstrait ne renvoi qu’à lui-même, ce sont des images autonomes qui manifestent la présence d’un contenu plutôt que de le représenter. On peut y deviner ici un arbre, là un bateau, libre à chacun d’interpréter le tableau comme il le souhaite. Ce courant artistique se développa entre 1911 et 1917, simultanément et indépendamment, même s’il l’on admet généralement son invention à Vassily Kandinsky. Mais il ne fut pas le seul défricheur : avec Frantisek Kupka, Kasimir Malevitch et Piet Mondrian, ils révélèrent la présence de réalités jusque là invisibles et inconnues. Ces quatre pionniers partageaient en effet des préoccupations communes : attachés au spirituel et à l’ésotérisme, ils avaient un goût affirmé pour la musique, le moins imitatif des arts. De plus, l’invention de la photographie au XIXe siècle libéra la peinture de la représentation de la réalité. Enfin, la découverte de la physique quantique et de la théorie de la relativité souleva des questions au sujet de la notion de réalité. Comme ces artistes le découvrirent et expérimentèrent dans leurs tableaux, elle est plus une entité que l’on approche par l’expérience de la pensée que ce que l’on perçoit à l’aide de nos 5 sens. Leurs œuvresdécrivèrent dès lors leurs réalité personnelle, réalité qu’il fallait dès lors reconstruire et réinventer, et qui romput avec le monde des apparences. Comme le dada, on ne recherche alors plus de sens concret. La couleur peut suffire pour représenter quelque chose sur une toile.

Futurisme russe ou cubo-futurisme

Aux aguets de tous ce qui se passa en Europe, ils firentune synthèse des principes cubistes (décomposition et géométrisation de l’objet), futuristes (dynamisme des plans et des lignes) et néoprimitivistes (schématisme et naïveté). L’avant-garde russe pris une vraie position politique et leurs travail adhérait souvent à une cause. Avec le manque de respect pour les conventions sociales et le rejet de toute métaphysique, ces artistes adhéraient à l’idéologie marxiste. Appuyant leur travail sur une vision poétique de la machine, Kasimir Malevitch en fut le grand théoricien et fut un des premiers à développer la pratique abstraite. Ses artistes touchèrent à différents courants de l’art abstrait, ce fut donc un courant bref, qui s’étendit de 1910 à 1915.

MyArtMakers - Art abstrait - Birsk, Liubov Popova, 1916

MyArtMakers – Art abstrait – Birsk, Liubov Popova, 1916

Le rayonnisme

Les historiens de l’art aiment à dire que le rayonnisme est une interprétation cubiste de l’impressionnisme. Il s’est développé à Moscou à partir de 1909 sous l’égide des peintres Mikhail Larionov et Natalia Gonchavora. Ils partirent du principe qu’il fallait représenter sur la tableau la somme des rayons qui partent de l’objet pour le représenter exactement. Aussi, ils firent surgir la vie en rendant visible les vibrations inspirées de l’énergie-matière et de la radioactivité.

MyArtMakers - Art Abstrait - Rayonnisme rouge, Larionov, 1911

MyArtMakers – Art Abstrait – Rayonnisme rouge, Larionov, 1911

Le suprématisme

Sa naissance date de 1915 avec Kasimir Malevitch. C’est le courant le plus célèbre de l’avant garde russe, qui est caractérisé par des formes simples et géométriques, unicolores, qui expriment le caractère infini de l’espace. Le carré était la forme préférée de Malevitch, puisque c’est une forme scientifique et non naturelle, basique, universelle et c’est à partir de cette forme qu’il élabore les autres.L’art doit il représenter quelque chose ou simplement nous faire plonger dans une forme méditative ? L’art ne peut-il pas être autre chose que la représentation du monde ? Pour arriver à cela, il fallait faire table rase. Malevitch avait la volonté de revenir à un degré zéro. Son art est la forme la plus simplifiée et pure de l’art abstrait.

MyArtMakers - Art abstrait - Malevitch, Carré noir sur fond blanc, 1913.

MyArtMakers – Art abstrait – Malevitch, Carré noir sur fond blanc, 1913.

Ce carré entouré de blanc symbolise le monde sans objet, forme fondamentale du suprématisme, une remise à zéro de la représentation du monde.

Le constructivisme

Vladimir Tatline et Alexandre Rodtchenko lui donnèrent naissance en 1916, et se développa parallèlement au suprématisme. A nouveau, ils cherchèrent une conception géométrique de l’espace, afin de révéler la beauté de la machine, et se fondèrent sur les bases du cubisme et du futurisme. Ils utilisèrent surtout des éléments tels que le cercle, le rectangle et la ligne droite. Ce mode de pensée s’adapte donc aussi bien à la sculpture qu’au design, voire à l’architecture.Leur mot d’ordre était que l’art doit être soumis à des fins utilitaires. L’art ne doit pas être juste gratuit, il doit servir une cause. Ce mouvement devint l’art officiel de la révolution russe.

MyArtMakers - Art abstrait - Tatline, Monument à la IIIe internationale, 1919.

MyArtMakers – Art abstrait – Tatline, Monument à la IIIe internationale, 1919.

C’est une œuvre emblématique qui met en avant la puissance de la Russie par une spirale qui monte.

Le Bauhaus

Le Bauhaus qui naquit en Allemagne au lendemain de la Première Guerre mondiale, lors de la république de Weimar, fut fondé par Walter Gropius. C’est une académie qui regroupa l’école des arts décoratifs et l’académie des beaux-arts, et qui fonda un courant artistiqueconcernant notamment l’architecture, le design, la photographie, le costume, la danse… Il rechercha une réconciliation de l’art et de l’artisanat. Ce mouvement posera les bases de la réflexion sur l’architecture moderne, et notamment du style international.Fermé par les nazis en 33, ses artistes fuirent aux Etats-Unis où ils fondèrent un nouveau foyer artistique.

Le Bauhaus rêvait d’unir tous les arts, ce qui n’est pas à proprement parler nouveau et trouve des précédents dans l’histoire, mais il prend néanmoins, au lendemain de la Première Guerre mondiale un sens très fort, teinté d’utopie et de la volonté de construire un monde meilleur.

MyArtMakers - Art abstrait - Paul Klee, Ballon rouge, 1922.

MyArtMakers – Art abstrait – Paul Klee, Ballon rouge, 1922.

L’artiste recherche une conception vitale et dynamique de la peinture, bercé dans univers fantaisiste.

La naissance de l’abstraction a profondément bouleversé le début du XXe. Influencés par les courants picturaux de la fin du XIXe et des avants gardes du début du XXe, les artistes ont su conjuguer, chacun à sa manière, la notion d’abstraction en proposant des formes révolutionnaires.

L’abstraction continuera bien au delà de ces premières expérimentations et deviendra un élément fondamental de l’art contemporain, provocant des courants aussi variés que l’abstraction création, l’op art, l’art conceptuel ou le minimalisme.

Retrouvez d’autres articles sur les mouvements artistiques sur Le MAG MyArtMakers !

 

Edwige De Poortere

Edwige De Poortere

Edwige est une étudiante de l'ICART Bordeaux où elle étudie le management culturelle et le commerce de l'art. Elle est née et a grandit à Pau, la ville d'Henri IV, mais son pays de coeur est l'Angleterre où elle voyage régulièrement. Elle y a d'ailleurs passé 1 an pour étudier l'art et le design. Passionnée d'art, qui lui permet depuis petite de se perdre et de se retrouver à la fois, elle dessine et écrit des bouts de vie à ses heures perdues.

3 Comments

Leave a Reply